IMG_20211022_184942_135_edited.jpg
Chamanic drums.JPG

POUR VOUS ACCOMPAGNER

"La chose la plus précieuse que j’ai apprise en pratiquant la technique "Vipassana" est qu’il existe un moyen simple et accessible d’atteindre le bonheur et la sérénité dans ma vie de tous les jours."

Melissa Matteucci, Praticienne de Vipassana et formatrice

Praticienne de « Vipassana » en Asie et en Europe, cette technique m'a aidé à "revenir" après avoir vécu la EMI (expérience de mort imminente). La EMI a réveillé en moi cette capacité que nous avons tous en nous de "voyager" dans les états modifiés de conscience non ordinaire (EMC). Je décide à mon tour de transmettre mes expériences pratiques aux plus grands nombre de personnes en Suisse.

 

En 2021, j’ai 43 ans et je vis dans la région de Morges, en Suisse. Je suis née en Bosnie et j'ai grandi à la campagne, entourée de forêt et de liberté ! La simplicité, l'authenticité et la grande sensibilité ont toujours été là pour me guider dans ma vie. Ma grand-mère m'a transmis l'amour de la nature, que tout est vivant et que tout a une âme. Elle m'a enseigné la présence à soi, le pouvoir de la pensée transformatrice et surtout la foi en la vie. 

Arrivée en Suisse en 1992 en tant que réfugiée de guerre qui a durée plus de 5 ans en Bosnie-Herzégovine, j'ai fait des études commerciales à Neuchâtel et à Lausanne et j'ai travaillé plus de 15 ans dans des sociétés multinationales en Suisse. 

 

En 2015, un foudroyant burn-out me cloue dans mon lit pendant plusieurs mois. A la même période, les diagnostiques tombent, une maladie rare des poumons, de l’hypophyse et on me dit que tout va s’accélérer et que  c’est une question de temps...

 

Je démissionne de mon job et je quitte la Suisse pour le Cambodge dans le but de créer l’association IWA Kep (www.iwakep.com) qui viendra en aide aux femmes défavorisées au Cambodge. Avec l’amour et le soutien de ma famille et de mes amis, je crée un atelier de formation pour les femmes dans le recyclage des sacs plastiques au Cambodge. 

Ce projet me donne de l'espoir et je m'installe avec une famille cambodgienne dans les rizières du village de Kep. Je toussais énormément et mon état se dégradait rapidement. Un jour, dans un restaurant, alors que je n’arrivais pas à finir mon repas à cause de la toux, un homme est venu me dire que la retraite méditative « Vipassana » peut m’aider à aller mieux. N’ayant jamais médité de toute ma vie, je m’inscris pour ma première retraite silencieuse de 10 jours à Battambang au Cambodge.

 

Nous étions 600 personnes à méditer dans une grande halle, en silence, 10h par jour pendant 10 jours. Il est impossible de décrire avec les mots toutes les douleurs de mon corps et les tensions de mon esprit qui perdait le « contrôle ». J’ai souhaité abandonner mille fois, me lever et partir car tout cela n’était pas pour moi. Au bout de 2 jours, mon égo commença alors à reconnaître cette belle personne humble, tendre et bienveillante que j’incarne et qui commença à se manifester à travers des sensations de mon corps.

Au bout de 3 jours, ma toux s’arrêta net.

 

Malgré mes pratiques quotidiennes, mon état de santé ne s'est pourtant pas amélioré. Un jour, n'arrivant plus à respirer, on m'a emmené en urgence dans un hôpital de campagne. Un pneumothorax gauche sous tension a compressé mon cœur qui s'est arrêté de battre. Je ne respirais plus. Cette expérience a bouleversé ma vie et ma réconcilié avec la mort du corps physique. Le retour à la vie était un long voyage et c'est grâce au silence de mon être que j'ai retrouvé enfin tout ce à quoi j'aspirais. Quelle libération !

De retour en Suisse depuis quelques années, je continue à pratiquer la méthode en l’adaptant à mes besoins. La vie a mis sur mon chemin des belles âmes qui m’ont initié aux différentes pratiques, notamment le chamanisme qui me permettent aujourd'hui d'explorer les états de consciences modifiés dans le but de vivre en harmonie.

Aujourd’hui, je suis sur la voie de la pleine santé grâce à cette foi inébranlable en la vie, en l'humain et à toutes les pratiques ancestrales qui m'aident à me connecter aux mondes des possibles.

Je reverse 20% des bénéfices à l’association IWA Kep au Cambodge dont je suis Fondatrice et Présidente depuis 2017.

https://www.iwakep.com/

Une interview réalisée le 25 février 2022 par Caroline Tosti pour
"Au coeur de la vie, le pouvoir de l'invisible"